Régime minceur pour les comptables : L’approche Lean

(Inscrivez-vous au webinaire Meilleures pratiques financières et comptables à l’aide de progiciels ERP (PGI) organisé en partenariat avec l’Ordre des CPA du Québec.)

Vous avez sans doute déjà entendu parler de l’approche Lean Manufacturing, développée par Toyota au cours du 20e siècle : cette approche révolutionnaire de par son opposition à presque tous les fondements de la production de masse. Si les avantages sont évidents sur le plancher de production, qu’en est-il du point de vue des finances et du contrôle ?

Le flux de trésorerie (cashflow), le nerf de la guerre

Une des premières responsabilités d’un contrôleur est de toujours garder un œil sur les flux de trésorerie (cashflow) de l’entreprise. Or, les méthodes Lean, qui permettent de réduire les niveaux d’inventaire et d’accélérer le cycle de production, peuvent libérer une quantité surprenante de liquidités.

Réduire l’inventaire au strict minimum

En réduisant les niveaux d’inventaire, on laisse le capital là où il est le plus utile : à la banque! Au lieu de laisser dormir le capital sur les tablettes sous forme d’inventaire, cet argent peut alors être utilisé pour financer des projets d’expansion ou d’optimisation, ou encore pour passer à travers une période difficile.

Cycle de production

L’approche Lean cherche à identifier toutes les activités et tous les délais qui ne contribuent pas à ajouter de la valeur pour le client dans le cycle de production, et ce, afin de les éliminer. Ceci réduit généralement de beaucoup les délais de production. Or, si on produit plus vite, il s’écoule moins de temps entre les dépenses de matières premières ou de main d’œuvre, et le moment où l’on peut facturer le client, et donc se faire payer. Ceci libère encore des liquidités qui « dorment » dans l’inventaire des travaux en cours.

Changement de paradigme : Qu’est-ce que le contrôle?

La notion de contrôle peut souvent sembler entrer en conflit avec les objectifs de la méthode Lean. Afin d’optimiser le flux des matières et d’accélérer les processus, qu’ils soient administratifs ou de production, on aura tendance à faire sauter les méthodes traditionnelles de contrôle.

Faire approuver un bon d’achat dont le montant est supérieur à X dollars, recalculer le montant de commission payée aux vendeurs, revérifier l’exactitude d’une commande prête à expédier au client : voilà des exemples de ce que la méthode Lean appelle la perte ou le gaspillage (waste).

Un des principaux préceptes de la méthode Lean est d’incorporer la « qualité » au sein même du processus, afin d’éliminer les contrôles de qualité, qui représente de la perte. Un système ERP peut, à l’aide de flux de travaux bien configurés, réconcilier cette notion avec les besoins internes de contrôle d’une entreprise.

Un département comptable Lean

Quand on parle de la méthode Lean, on pense tout de suite au monde manufacturier. Mais cette méthode s’applique tout aussi bien aux entreprises de services, et même aux processus administratifs internes d’une entreprise. Éliminer la perte, réduire les temps de cycle, voici des objectifs que les services de la comptabilité et des finances devraient chercher à atteindre.

Si ce sujet vous intéresse et que vous souhaitez en apprendre davantage, je donnerai un webinaire plus approfondi le 14 septembre prochain. Vous aurez ainsi l’occasion de voir avec moi comment la méthode Lean peut vous aider à accomplir plus, avec les mêmes effectifs, et comment un système ERP peut vous aider en ce sens.

S’inscrire au webinaire

Laisser un commentaire