La formation continue : un enjeu permanent pour les ordres professionnels

Un ordre professionnel a pour mission première de protéger le public utilisant les services professionnels du corps de métier réglementé par ce dernier. Pour ce faire, l’organisme réglementaire doit s’assurer que ses membres possèdent les compétences et formations requises pour servir au mieux le public requérant.

Une fois admis, le membre, conforme aux exigences de l’ordre, peut exercer sa profession et utiliser son titre professionnel. Cependant, le travail de l’organisme réglementaire n’est pas terminé pour autant; ce dernier a le devoir de s’assurer que le membre est conforme à long terme.

Pour conduire une voiture après un certain âge, il est demandé de passer certains examens médicaux afin de s’assurer que l’on en est encore capable. Cela parait d’une logique évidente étant donné que sur la route, le danger n’est pas présent que pour soi, mais aussi pour le public environnant, et ce danger est grandissant avec l’âge qui diminue nos capacités.

Lorsqu’un professionnel exerce dans le cadre d’un corps de métier régit par un ordre, ce n’est pas seulement après un certain âge qu’il peut être « dangereux » pour sa clientèle, mais en tout temps si ce dernier n’a plus les réflexes, ou les habiletés requises par sa profession.

Par ailleurs, une profession n’est jamais figée, elle évolue constamment avec le temps, les réglementations changeantes, ainsi que les nouvelles pratiques. Voila pourquoi il est primordial pour un ordre professionnel de s’assurer que les acquis de ses membres ne soient pas oubliés d’une part, mais d’autre part que ces notions évoluent de la même façon que la profession elle-même. La formation continue s’insère ici comme la clef de voute de tout ordre pour lui permettre de mener à bien sa mission.

Le but ici n’est pas seulement de s’assurer que le minimum est fait, mais bien d’élever d’un cran l’exercice de la profession. La formation continue permet de devenir des experts à long terme, et voici les requis basiques :

  • Un minimum d’heures de formation continue par année doit être défini et suivi par les membres. Étant garant de la qualité des services fournis par ses membres, l’ordre est amené à surveiller cette formation continue.
  • Ces formations peuvent être de différents types et/ou supports, et l’organisme réglementaire est l’unique décideur de l’orientation à prendre selon la profession qu’il encadre.
  • Enfin, l’ordre doit concevoir des instruments de travail pour améliorer l’adhérence de ses membres en regard de cette pratique devenue obligatoire dans la majorité des corps de métiers.

La formation continue est non seulement un besoin pour se tenir à jour, mais une nécessité absolue pour protéger le public.

Laisser un commentaire