Les fabricants doivent connaître leur prix de revient

En tant que manufacturier, vous savez que vous vous devez d’améliorer continuellement votre productivité pour rester compétitif et pour ouvrir de nouveaux marchés (une dure leçon apprise de la globalisation). Un des premiers défis pour une entreprise manufacturière qui veut grandir, est de comprendre et de bien maîtriser le prix de revient pour chacun de ses produits fabriqués.

Pour une plus petite entreprise, il s’agit là d’un défi important parce qu’il y a plusieurs composantes qui doivent être prises en considération lorsque vient le temps de calculer notre prix de revient :

  • matières premières,
  • composantes,
  • pièces,
  • main d’œuvre,
  • sous-contractant, etc.

Encore plus difficile si on fait régulièrement du travail sur mesure pour nos clients, une approche qui nous permet de nous différencier de la compétition d’outre-mer.

Mais, connaître son prix de revient est important pour comprendre d’où vient notre profitabilité et où il faut devenir plus performant – si on ne se mesure pas, on ne peut pas s’améliorer! Peut-être que certaines activités ne sont pas profitables, ou seraient mieux rendues à travers un partenaire. Encore une fois, on ne peut le savoir si on ne maîtrise pas son prix de revient.

La solution : une solution de gestion intégrée avec des fonctions manufacturières. Le nom le dit, il s’agit d’un système qui permet d’avoir, à lui seul, toutes les informations et de les rattacher à chacun de vos bons de fabrication. Vous accumulerez ainsi l’information au fur et à mesure de vos opérations et pourrez l’analyser ensuite.

Évidemment, allez de l’avant avec un tel système, vous demandera beaucoup de discipline par rapport à l’utilisation même du système. Il faut être prêt à changer notre façon de faire, on ne pourra plus simplement entrer des informations approximatives dans un fichier Excel!…

Pour atténuer l’impact du changement, on peut y aller par phase : commencer par associer le coût des pièces à vos projets ou opérations, en donnant un temps et un taux standard pour la main d’œuvre. Ensuite, on pourra demander à chaque employé de saisir le temps passé sur les différentes opérations. Différentes approches sont possibles :

  • feuille de temps,
  • horodateur avec fonction de numérisation intégrée,
  • accès au logiciel directement à chaque poste de travail.

Bien que non négligeable, l’investissement demeure accessible pour les PME du Québec, surtout qu’il existe différents programmes de crédits d’impôt et de subventions. D’ailleurs, le gouvernement du Québec voit comme stratégique la capacité des entreprises manufacturières à se développer, et la ministre responsable a récemment indiqué qu’Investissement Québec prévoyait investir 1,4 milliards au cours des trois prochaines années, dans les entreprises qui modernisent leurs procédés de production. En tant que fabricant, profitez de l’occasion pour améliorer vos systèmes et prendre le contrôle de votre prix de revient.

Leave a Reply