Êtes-vous prêt pour le cloud

pret-cloudAujourd’hui le monde des TI amorce un virage dramatique, causé par la révolution du nuage informatique (cloud) et des technologies mobiles ayant un impact direct sur la création, l’accès et la gestion des données par les employés. En réponse à ce phénomène, plusieurs compagnies ont implanté des solutions basées sur le nuage pour améliorer et sécuriser les processus utilisés par leurs employés en mode cloud ou mobile.

La firme d’analyse de marchés IHS Research a fait des projections qui établissent les dépenses reliées au nuage à $235 milliards US d’ici 2018, soit le triple par rapport à 2011. Toutefois, pour plusieurs organisations, l’incertitude persiste sur le déploiement des technologies cloud ou sur la capacité de leur infrastructure à les supporter.

Comment savoir si votre organisation est prête à passer à l’âge de l’infonuagique (cloud)? Voici quelques indices pour dissiper la confusion et offrir une perspective sur la migration de votre infrastructure traditionnelle pour réduire les coûts et obtenir des gains de productivité.

Ce que vous devez savoir

Premièrement, il est important de comprendre les différentes versions de nuage (cloud) offertes.

Le nuage privé : dans lequel l’organisation est propriétaire de sa propre infrastructure, déploie ses applications et gère elle-même son infrastructure. Typiquement cette version est très dispendieuse à bâtir et à maintenir.

Le nuage privé virtuel: dans lequel l’organisation peut utiliser une partie isolée d’un service de nuage public, sur laquelle résident les données derrière un VPN configuré et géré par l’organisation.

Le nuage de type SaaS (Software as a Service) : sur lequel l’organisation utilise une application centrale, multi-utilisateur, gérée par le fournisseur de solution SaaS.

Laquelle choisir?

Cela dépend de votre organisation, naturellement. Les recherches récentes ont montré que les entreprises ont majoritairement préféré (par un ratio de 2 pour 1) utiliser un nuage sur une infrastructure qu’elles contrôlent, que ce soit un nuage privé ou un nuage privé virtuel.

Au lieu d’utiliser le nuage SaaS, ces organisations étaient motivées par des considérations de sécurité et de gouvernance des données. Pourquoi la sécurité est-elle une préoccupation avec le modèle SaaS traditionnel? Très souvent, les fournisseurs SaaS ont accès à l’ensemble des données de leurs clients, ce qui constitue un environnement plus propice aux fuites de données.

Mais pour les compagnies qui ne sont pas prêtes à 100% pour le nuage, un modèle hybride qui combine les nuages privés et privés virtuels peut faciliter la transition. Cette approche permet aux compagnies de placer certains types de données sur un nuage privé virtuel, des données moins sensibles par exemple, tout en conservant d’autres types de données sur un nuage privé.

D’autres raisons d’utiliser un nuage privé virtuel sont la portée géographique plus étendue, la pression sur la réduction des dépenses d’investissement en capital, la rapidité de déploiement et le manque d’expertise interne. Il est clair que le débat entre nuage privé et nuage privé virtuel est une fausse dichotomie: ce n’est pas une question d’aller vers l’un ou l’autre; pour plusieurs entreprises, particulièrement les plus grandes, ce sera d’aller vers les deux.

La mobilité importe

Quelle que soit l’approche choisie, le nuage peut aider votre organisation à implanter des technologies innovatrices et intégrées qui permettront de réduire les coûts tout en améliorant l’accès aux employés et leur collaboration. Prenons, à titre d’exemple, le cas des employés mobiles.

Si vous utilisez des serveurs traditionnels au bureau principal et/ou dans une succursale, vos employés à distance seront sujets à plusieurs contraintes inhérentes aux systèmes traditionnels qui affecteront leur productivité. Ils se tourneront inévitablement vers les services de stockage sur le nuage (Dropbox en est un exemple bien connu) ce qui compromet grandement la sécurité des données corporatives. Votre département TI pourrait compenser en allant vers des services de stockage de fichiers externes, mais des coûts additionnels sont à prévoir sans compter les complexités inhérentes à la synchronisation des données internes et externes.

Plusieurs organisations voient les solutions infonuagiques comme plus agiles et à coûts moindres. Ceci est davantage le cas pour les solutions de stockage dans le nuage qui synchronisent les données entre les ressources internes et les appareils des usagers. Le fait que les employés utilisent quotidiennement des services de nuage à titre privé est un facteur important pour considérer l’implantation de services infonuagiques dans l’organisation.

Le partage et la synchronisation de fichiers n’est qu’un exemple de gestion de données sur le nuage. Les limites du stockage traditionnel sont apparentes: temps requis et coûts pour la gestion des serveurs, volumes croissants de données, problèmes de latence, etc. Plusieurs organisations réalisent que l’investissement dans les technologies traditionnelles n’en vaut pas la peine, alors que le nuage informatique offre d’importants bénéfices en termes de sécurité, de contrôle des données et des usagers et de gestion des coûts.

Laisser un commentaire