Choisir LA solution ERP adaptée à votre entreprise

Je désire partager mon opinion sur ce sujet qu’APICS a publié récemment.

Selon Dave Turbide1, la planification des ressources d’entreprise (ERP) n’est plus ce qu’elle était il y a 10 ans, ou même il y a deux ans. La suite d’applications généralisées que nous appelons ERP est tout simplement l’incarnation actuelle d’une longue ligne de produits qui remontent à la gestion des stocks et des matières premières, développés depuis plus d’un demi-siècle. Construit à partir des fonctions de base reliées à la planification des matières premières (MRP) et à la planification des ressources manufacturières et, éventuellement, à des systèmes modernes.

Mobilité-ERP

L’histoire des logiciels ERP en est une de croissance, d’adaptation aux nouvelles technologies, d’évolution des techniques et des théories de gestion, ainsi que de changements dans l’implantation des projets et de la méthode de livraison aux clients.

Aujourd’hui, il existe des systèmes ERP installés dans des milliers d’entreprises à travers le monde et qui sont en fonction depuis les années 70 ou 80. Cependant ils diffèrent des versions originales puisque de nouveaux modules, de nouvelles fonctionnalités et de nouvelles applications se sont ajoutés en cours de route. De même, pour les produits d’origine, recevoir une mise à jour « majeure » incluant une réécriture complète du progiciel, l’ajout de nouveaux outils de gestion, une nouvelle interface utilisateur, et des options de connectivités supplémentaires, est commun de nos jours. En outre, les participants émergents apportent une pensée moderne de l’environnement ERP et pousse la concurrence à innover. L’ERP en nuage (cloud) est un bon exemple: une fois bien établi, le déploiement sur le nuage (cloud) devient une offre possible et bénéfique. Les entreprises actuelles devront introduire l’option de déploiement à leur solution de nuage (cloud) afin de suivre la tendance, mais à chaque innovation, la bataille fait rage chez la concurrence.

Fonctionnalité étoffée

La nouvelle méthode de relâche chez les éditeurs de progiciels est de sortir un nouveau produit avec suffisamment de fonctionnalités, plus rapidement que la concurrence et, espérons-le, en se distinguant des offres établies.

Cette quête constante pour rester en tête est une bonne nouvelle pour les utilisateurs. Ils peuvent s’attendre à des systèmes ERP plus sophistiqués, avec plus de fonctionnalités annuellement. La plupart des systèmes ERP offrent maintenant des capacités de rapports améliorées, des écrans tactiles et la connectivité aux périphériques mobiles. Ils s’intègrent aux échanges de données informatisées (EDI) ou à des connexions préconstruites pour un traducteur EDI tiers. La théorie des contraintes ou des alternatives de contrôle de la production allégée et de la planification avancée sont maintenant des alternatives à la logique traditionnelle MRP ou à la capacité infinie (souvent à un coût supplémentaire). Ces développements sont une fois de plus le résultat de la pression concurrentielle. Dès qu’une nouvelle fonction ou une technologie émerge sur le marché, d’autres éditeurs se sentent obligés d’égaler ou de dépasser ces innovations.

1 Dave Turbide, CFPIM, CIRM, CSCP, CMfgE, est un consultant indépendant du New Hampshire, pigiste et président de la section de l’APICS Granite State. Il est reconnu comme un maître instructeur professionnel certifié en chaîne d’approvisionnement, de production et de gestion des stocks. Formateur de « Fresh Connection » et auteur de « Enterprise Insights » dans ce magazine.

Pendant ce temps, dans le nuage

L’adoption de l’infonuagique (cloud computing) et de licences de logiciel-service (software-as-a-service) à travers la gamme entière du spectre de l’informatique a été remarquable finalement. Le déploiement du nuage informatique (Cloud) est l’externalisation des technologies de l’information (TI), les activités qui ne sont pas typiquement de la compétence fondamentale d’un manufacturier. Ce type de licence offre plusieurs avantages importants par rapport aux plans traditionnels avec le déploiement sur site. Il y a peu ou pas de dépense en capital initial pour le matériel, les licences de logiciels et autres. Les systèmes de nuages sont facilement augmentés proportionnellement ou diminués selon les changements des besoins — encore une fois, sans aucune radiation de dépenses ou d’équipement, et les implantations de logiciel-service (software-as-a-service) peuvent être plus rapides et moins stressantes que les implantations de système sur site.

Fait intéressant, l’industrie manufacturière est un traînard notable à sauter dans ce train particulier. La plupart des manufacturiers ont déjà une infrastructure informatique et sont réticents à céder les systèmes sur lesquels ils se sont fiés depuis si longtemps. De plus, il y a la réticence des cadres à faire confiance – pour des informations vitales à la société – à un dépositaire à distance, via une liaison de communication longue distance. Il pourrait ne pas y avoir de justification financière apparente ou d’avantage perçu àunesolution infonuagique, puisque la plupart deses ressources et de ses utilisateurs se limitent àl’emplacementde l’usine. En revanche, d’autres formes d’entreprisesavecplus d’opérations dispersées peuventvoirpeu d’avantagesà un soutien informatique local et sont donc plus ouvertes à la nature distribuée du nuage. Néanmoins, les nuages et logiciel-service offerts sont maintenant des options possibles, considérés par plus de 50% des entreprises de fabrication planifiant un achat ou un remplacement de système, et près d’un quart opte pour cette approche.

Lisez la suite de cette histoire dans mon prochain billet « Les pours et les contres de la technologie »

Laisser un commentaire